La police tire au fusil à pompe sur les gilets jaunes

La police tire au fusil à pompe sur les gilets jaunes

L'escalade au nouvel armement pour les CRS ne cesse de s'accroître

Nous avons eu la semaine dernière l’occasion de voir le nouveau flash-ball multicoup des CRS. Nous avons également remarqué que des fusils d’assaut étaient dans la rue.

Cette fois-ci c’est des fusils à pompe avec des munitions en plastique. En effet le samedi 12 janvier à Montpellier la brigade de recherche et d’intervention ( la BRI ) à tiré au fusil à pompe avec des munitions en plastique sur les gilets jaunes

L’information est relayée par le site Mediapart ainsi que le site lepoing 

Comme vous pourrez le lire dans le site révolutionpermanente la police elle-même à confirmer les faits

 

Des blocs de bétons pour empêcher les gilets jaunes de rentrer dans la ville

Des blocs de bétons pour bloquer les gilets jaunes

La Nouvelle vient de tomber

A Avignon ils ne savent plus comment faire pour repousser les gilets jaunes. Maintenant ils bloquent les portes d’Avignon avec d’énormes blocs de béton.
Ce samedi 26 janvier est prévu une manifestation en collaboration entre la CGT et le gilets jaunes mais aussi inter-départemental.

Cette manifestation est pourtant déclarée.

La semaine dernière les CRS à plusieurs reprises on tenté de nasser les gilets jaunes. Ils sont tout de même parvenu à en  placer quelques un en garde à vue.

Ce weekend s’annonce encore plus agressif. D’autant plus que nous venons d’apprendre une nouvelle bien pire.

A Montpellier la brigade de recherche et d’intervention  (BRI) s’est équipé de fusil à pompe avec des munitions en plastique et a tiré sur les manifestants.

Source Mediapart 

 

Articles de loi en rapport aux manifestations

LOIS À CONNAÎTRE LORS DES MANIFESTATIONS

  • Code pénal – article 431-9 :

Est puni de six mois d’emprisonnement et de 7500€ d’amende le fait :

  1. D’avoir organisé une manifestation sur la voie publique n’ayant pas fait l’objet d’une déclaration préalable dans les conditions fixées par la loi;
  2. D’avoir organisé une manifestation sur la voie publique ayant été interdite dans les conditions fixées par la loi;
  3.  D’avoir établi une déclaration incomplète ou inexacte de nature à tromper sur l’objet ou les conditions de la manifestation projetée.”

Code de la sécurité intérieure Art L 211-1:

“Sont soumis à l’obligation d’une déclaration préalable, tous cortèges, défilés et rassemblements de personnes, et, de façon générale, toutes manifestations sur la voie publique.”

Code pénal – article R431-1:

“Pour l’application de l’article 431-1, l’autorité habilitée à procéder aux sommations avant de disperser un attroupement par la force :

1° Annonce sa présence en énonçant par haut-parleur les mots “Obéissance à la loi – Dispersez-vous”;

2° Procède à une première sommation en énonçant par haut-parleur les mots “Dernière sommation – On va faire usage de la force”,

Si l’utilisation du haut-parleur est impossible ou manifestement inopérante, chaque annonce peut être remplacée par le lancement d’une fusée rouge.

Toutefois, si, pour disperser l’attroupement par la force, il doit être fait usage des armes mentionnés au IV de l’article R431-3, la dernière sommation ou, le cas échéant, le lancement de fusée qui la remplace ou la complète doivent être réitérés.”

Code pénal – article 431-3 :

“Constitue un attroupement tout rassemblement de personne sur la voie publique ou dans un lieu public susceptible de troubler l’ordre public.

Un attroupement peut être dispersé par la force publique après deux sommations de se disperser restées sans effet adressées dans les conditions et selon les modalités prévues par l’article L 211-9 du code de la sécurité intérieure.”

Facultatif :

Code pénal – article R431-3:

“I. L’emploi de la force par les représentants de la force publique n’est possible que si les circonstances le rendent absolument nécessaire au maintien de l’ordre public dans les conditions définies par l’article 431-3. La force déployée doit être proportionnée au trouble à faire cesser et doit prendre fin lorsque celui-ci a cessé.

II. Hors les deux cas prévus au quatrième alinéa de l’article 431-3(1), les représentants de la force publique ne peuvent faire usage des armes à feu pour pour le maintien de l’ordre public que sur ordre exprès des autorités habilités à décider de l’emploi de la force dans ces conditions définies par l’article R431-4.

Cet ordre est transmis par tout moyen permettant d’en assurer la matérialité et la traçabilité.

III. Pour les forces armées mentionnées aux 1° et 3° de l’article L 3211-1 du code de la défense, l’ordre exprès mentionné au II prend la forme d’une réquisition spéciale écrite délivrée par les autorités mentionnées à l’article R431-4.

IV. Sans préjudice des articles 122-5 et 122-7, peuvent être utilisées dans les deux cas prévus au quatrième alinéa de l’article 431-3(1), outre les armes mentionnées au IV, les armes à feu de 1ère et 4ème catégorie adaptées au maintien de l’ordre correspondant aux conditions de ce quatrième alinéa, entrant dans le champs d’application de l’article 2 du décret n°95-589 du 6 mai 1995 et autorisées par arrêté du Premier ministre.

Code pénal – article R431-4:

“Dans le cas d’attroupements prévus à l’article 431-3, le préfet ou le sous-préfet, le maire ou l’un de ses adjoints, le commissaire de police, le commandant de groupement de gendarmerie départemental ou, mandaté par l’autorité préfectorale, un commissaire de police, ou l’officier de police chef de circonscription ou le commandant de compagnie de gendarmerie départementale doivent être présents sur les lieux en vue, le cas échéant, de décider de l’emploi de la force après sommation.

Si elle n’effectue pas elle-même les sommations, l’autorité civile responsable de l’emploi de la force désigne un officier de police judiciaire pour y procéder.

Code de la sécurité intérieure – article L211-9 :

Un attroupement, au sens de l’article 431-3 du code pénal, peut être dispersé par la force publique après deux sommations de se disperser demeurées sans effet, adressées, lorsqu’ils sont porteurs des insignes de leur fonction par :

1° Le représentant de l’Etat dans le département ou, à Paris, le préfet de police;

2° Sauf à Paris, le maire ou l’un de ses adjoints;

3° Tout officier de police judiciaire responsable de la sécurité publique, ou tout autre officier de police judiciaire.

Il est procédé à ces sommations suivant des modalités propres à informer les personnes participant à l’attroupement de l’obligation de se disperser sans délais.

Toutefois, les représentants de la force publique appelés en vue de dissiper un attroupement peuvent faire directement usage de la force si des violences ou voies de fait sont exercées contre eux ou s’ils ne peuvent défendre autrement le terrain qu’ils occupent.

Les modalités d’application des alinéas précédents sont précisées par un décret en Conseil d’Etat, qui détermine également les insignes que doivent porter les personnes mentionnées aux 1° et 3° et les conditions d’usage des armes à feu pour le maintien de l’ordre public.

Code pénal – article 122-5:

“N’est pas pénalement responsable la personne qui, devant atteinte injustifiée envers elle-même ou autrui, accomplit, dans le même temps, un acte commandé par la nécessité de la légitime défense d’elle-même ou d’autrui, sauf s’il y a disproportion entre les moyens de défense employés et la gravité de l’atteinte.

N’est pas pénalement responsable la personne qui, pour interrompre l’exécution d’un crime ou d’un délit contre un bien, accomplit un acte de défense, autre qu’un homicide volontaire,

lorsque cet acte est strictement nécessaire au but poursuivi dès lors que les moyens employés sont proportionnés à la gravité de l’infraction. “

Code pénal – article 122-7:

“N’est pas pénalement responsable la personne qui, face à un danger actuel ou imminent qui menace elle-même, autrui ou un bien, accomplit un acte nécessaire à la sauvegarde de la personne ou du bien, sauf s’il y a disproportion entre les moyens employés et la gravité de la menace.”

On parle de nous dans la Provence et même du site

On parle de nous dans la Provence et même du site

Alors que " nous " avions organisé la conférence de Etienne Chouard, une journaliste s'est glissée à mes cotés pour me soutirer des informations confidentielles ...

Mais j’ai tenu bon.
On n’arrête pas de me répéter “lâchez rien ” alors je n’ai rien lâché… même pas les codes du wifi de la salle. (Si vous lisez cet article Constance sachez que je ne les avais vraiment pas)  

Blague mise à part je ne pensais pas qu’autour de cet événement le site ferait également partie de l’article 😉 

Et c’est une bonne surprise !

Dans le ” nous avons organisé ” il y a beaucoup de monde vous pourrez trouver tous les participants et acteurs de cet événement dans l’article sur le live 

Assemblée Citoyenne Du Vaucluse Avec Etienne Chouard et Ana sailland

Assemblée Citoyenne Du Vaucluse Avec Etienne Chouard et Ana sailland

Assemblée Citoyenne Du Vaucluse Avec Etienne Chouard et Ana sailland

Nous avions invité Etienne Chouard accompagné de Ana Sailland à venir nous parler du RIC dans le Vaucluse et ce fut un succès 

Nous transmettrons le compte rendu de cette événement d’ici peu.

Nous avions réuni 400 personnes pour cette assemblée citoyenne et avons malheureusement refusé du monde car la salle était comble. Nous avons suivi cet événement par des ateliers constituants dont vous aurez les premiers résultats sur le site dans le Forum qui à été crée pour l’occasion.

Intervenants

  • Etienne chouard
  • Ana Sailland
  • Christian Deghal
  • Christophe Robin

Participants :

Remerciements :

  • Jean marc Roubaud
  • Joel Gouin
  • Karine et olivier de la salle de Vedéne  l’autre scène
  •  

  • Les gilets jaunes participant à l’organisation :

  • Rodolphe Boehm
  • Laetitia …
  • Laurence Cermolac Boissier
  • Bruno Solari

Forum de discussion pour gilets jaunes

Forum de discussion pour gilets jaunes

Communiquons autrement

Toujours dans l’idée de pouvoir fournir des outils disponibles en version 2.0

aujourd’hui je suis fier de vous présenter notre premier forum.

Un forum qu’est-ce que c’est comment ça marche ?

Il y a un sujet principal et toutes les personnes qui sont intéressées par ce sujet peuvent commenter et débattre sur ce sujet.
À chaque fois qu’une personne commente un sujet dans lequel vous avez participé vous êtes signalé par mail.
J’ai donc mis en place ce forum pour nous permettre de discuter sur des thèmes précis.

En effet même si Facebook est au cœur de ce mouvement on ne cesse de dire qu’on est censuré  ou alors que l’on à raté de l’information Il faut pouvoir sortir de cette manière de communiquer qui entre autres nous fait perdre les fils de discussion. Le RIC est tellement vaste il paraît plus simple de le morceler pour pouvoir débattre. Par exemple des sujets abordés dans les ateliers constituant

4 mois de prison ferme pour un gilet jaune

4 Mois de prison ferme pour un gilet jaune

4 mois de prison ferme pour un gilet jaune

logo-officiel-gilet-jaune-la-deesse-l

On ne sait même plus quoi dire : répression, abus de pouvoir, impensable on ne trouve plus les mots pour exprimer ce qui se passe.

Abdel Zahiri un gilet jaune de la première heure a été condamné à 4 mois de prison ferme. 

Lors d’un dépôt de plainte contre les propos de Luc Ferry, ce ministre de l’éducation qui demande clairement de tirer sur les gilets jaune à balles réels pour en finir avec ces salopard.

Si vous cherchez sur les merdia vous trouverez des informations vous faisant penser que les gilets jaunes ont lancé l’altercation on vous laisse faire votre opinion par vous-même.

Abdel zahiri est donc passé en comparution immédiate le lendemain et condamné à 4 mois de prison de ferme

 

4 mois de prison ferme pour un gilet jaune

Un Avocat recherche les gilets jaunes blesses par Flashball

Un avocat recherche les gilets jaunes blesses par Flash ball

 Maître Foucard cherche à recenser toutes les personnes blessées par des tirs de flash ball ou des grenades en tout genre durant le mouvement des gilets jaunes. Il est en lien avec d’autres avocats en France. Si vous êtes concernés ou que vous connaissez des personnes concernées, voici ses coordonnées 

 

Avocat du barreau de Bordeaux, Romain Foucard : 07 62 07 73 56. 

 

Il vous expliquera sa démarche. Diffusez largement ce message.

D’autre part, si durant les événements vous vous retrouvez simplement en garde à vue, vous pouvez contacter l’avocat de service à ce moment-là. Par contre, si vous êtes convoqués au tribunal suite à une garde à vue ou que vous passez en comparution immédiate, vous pouvez le contacter pour qu’il vous défende si vous le souhaitez.
PS : quand on part sur une action à risque, il faut noter le numéro de l’avocat sur sa peau car en garde à vue on n’a pas accès à son téléphone portable et dans tous les cas il faut refuser la comparution immédiate pour avoir le temps de préparer sa défense.
Merci à tous pour la diffusion de ce message.

voir aussi quel sont vos droits de manifestant

 

Devenir auteur d’articles

Devenir auteur d’articles

Devenir auteur d'articles

Voici comment j'imagine la chose

Nous allons ici en faire l’expérience avec cet article.

Un mode mini RIC !

Un auteur a un article à proposer: 

  1. Il propose le brouillon de son article sur le site.
  2. Il l’envoie en relecture aux secrétaires.
  3. Celles-ci reçoivent une invitation à corriger un article.
  4. La dernière secrétaire le passe en “public en attente” 
  5. L’article est visible par tout le monde et notifié “en attente”.
  6. Nous récoltons les réactions ou demande de clarifications.
  7. En fonction des votes et des réactions, l’article peut être modifié ou refusé.
  8.  Il devient par la suite public.

Si je ne vous ai pas déjà perdu, dans la pratique ça se passe comme ça !

Pour proposer cet article, je vais devoir sauter les 4 premières étapes afin qu’il soit visible par tout le monde.

J’ai mis un système de vote basique en dessous de l’article. Pour le moment c’est ce qui va faire office de vote provisoire.

La suite logique ici serais de :
Commenter-critiquer-décortiquer-demander-proposer …

Et comme premier RIC je vous demande donc de voter 😉